Accueil Les livres commentés Détails - L'homme-dé

Les derniers livres commentés

Les Etoiles s'éteignent à l'aube – Richard Wagamese – Zoé
     traduction Christine Raguet
Dans une coque de noix – Ian McEwan – Gallimard
     traduction France Camus-Pichon
L'homme-dé – Luke Rhinehart – L'Olivier – traduction Didier Coste

lors de la réunion du 5 septembre 2017


 

Les prochaines lectures

Un fond de vérité – Zygmunt Miłoszewski – Pocket
     traduction Kamil Barbarski
L'ordre du jour – Eric Vuillard – Actes sud
By the rivers of Babylon – Kei Miller – Zulma
     traduction Nathalie Carré


pour la réunion du 24 octobre 2017

Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
L'homme-dé
Auteur:
Rhinehart (Luke)
Edition:
Editions de l'Olivier
Réunion du:
05.09.2017

Commentaire

lhommed

Un psychiatre new-yorkais s'ennuie dans la routine de sa vie quotidienne. Lui vient un soir, après avoir un peu trop bu, l'idée de s'en remettre au hasard pour décider de sa prochaine action. Va-t-il ou non violer sa voisine, qui se trouve être également la femme de son associé ? Les dés l'y ayant envoyé et l'expérience lui ayant paru concluante, il décide de confier aux dés la conduite de sa vie.

 

La majorité des lecteurs n'a pas terminé le livre, qui a apparemment mal vieilli : "après avoir démarré lentement, ça devient un peu original, mais ensuite c'est assez répétitif et assez bavard ; c'est très en-dessous de la ceinture, le descriptif de toutes ces frasques sexuelles, ça ne fait même pas envie ; on ne connaît pas tous les choix des listes de six actions parmi lesquelles le dé doit arbitrer ; ce n'est pas vraiment du hasard puisque le personnage se donne les options entre lesquelles le dé désignera la bonne ; l'imagination du personnage pour dresser ses listes est limitée ; l’auteur aurait pu aller plus loin en remettant au hasard le choix de ces options (par exemple le premier mot de la ligne n d’un livre qu’on ouvre) ; j’avoue m'être un peu ennuyée, je ne me suis pas vraiment intéressée au personnage, même si j’ai aimé le jeu qui fait que l’auteur se donne comme pseudo le nom du personnage ; j’ai trouvé tout cela un peu vain, même si certains passages ne manquent pas de comique."

 

Accumulations, exagérations, ce n'est en effet pas un exercice littéraire exceptionnel. On comprend toutefois qu'en 1971 ce livre ait remué les consciences. Il aurait même eu une influence sur la façon dont les psychanalystes new-yorkais voyaient la psychanalyse. Dans une Amérique psychiquement bousculée, le roman a été vu comme une leçon de liberté, une façon de casser les codes, de cesser de se soumettre à une identité fixe, d'en finir avec la dictature binaire de l'échec et de la réussite. Le personnage a pour ambition de convaincre et surtout de diffuser sa méthode, jusqu'à l'explosion de toutes les conventions.

 

Le livre a ses défenseurs, convaincus par la proposition, parmi eux on peut citer Emmanuel Carrère. Luke Rhinehart aurait vraiment existé (?), c'est le pseudonyme que s'est donné l'auteur, George Powers Cockcroft, pour renforcer l'idée qu'il s'agit d'une autobiographie.

Bannière
Copyright © 2017 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire
    plume

------------------------------

Mise à jour le 28/09//2017