Accueil Les livres commentés Détails - Londres après minuit

Les derniers livres commentés

L'homme coquillage – Aslı Erdoğan – Actes sud
     traduction Julien Lapeyre de Cabanes
Le fleuve sans rives – Juan José Saer – Le Tripode
     traduction Louis Soler
Londres après minuit – Augusto Cruz – Christian Bourgois
     traduction André Gabastou

lors de la réunion du 15 mai 2018

 

Les prochaines lectures

Algèbre – Yan Pradeau – Allia
Le coq de Renato Caccioppoli – Jean-Noël Schifano
     Gallimard
Deuils – Eduardo Halfon – Table ronde
     traduction David Fauquemberg
La fraîcheur de l'herbe – Alain Corbin – Fayard

pour la réunion du 26 juin 2018


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Londres après minuit
Auteur:
Cruz (Augusto)
Edition:
Bourgois
Réunion du:
15.05.2018

Commentaire

londresapresminuit

Le livre se situe pour partie au Mexique et pour partie aux Etats-Unis. Monsieur Ackermann est un collectionneur de films et d'objets appartenant au monde du cinéma, tels que des dinosaures, des bandes-son de films muets ou des extraterrestres. Il lui manque un seul film : Londres après minuit. Bien que tout le monde pense que le film est perdu, il confie à McKenzie, ancien homme de confiance de John Edgar Hoover (premier directeur du FBI), la mission de le retrouver. McKenzie part à la recherche d'une copie, bravant la malédiction qui semble frapper tous ceux qui tentent de s'approcher du film. Sa quête, qui finit par aboutir, est un foisonnement d'aventures extraordinaires.

A noter que le texte fait référence à des personnages et des faits qui ont existé : Forrest J. Ackermann, le film "Londres après minuit", …

 

Ce sont peut-être ces références, justement, qui manquent à nombre de lecteurs pour apprécier pleinement le livre. Il faudrait sans doute une grande culture dans le domaine du cinéma et probablement dans celui du polar pour percevoir toutes les allusions de l'auteur. On apprend d'ailleurs des choses sur l'histoire du cinéma, par exemple sur la perte de films muets, jetés ou autodétruits – on n'archivait pas – ou l'apparition, en filigrane, de rivalités entre Universal et MGM.

 

L'enchaînement des aventures parfois un peu délirantes de McKenzie n'a pas vraiment entraîné les lecteurs : "Ces histoires sont invraisemblables, c'est irréel ; toute l'histoire est un peu déprimante, absurde ; la fin est décevante ; ce n'est pas marrant, on s'attendait à plus d'humour ; malgré les petites phrases courtes, je n'arrive pas à me représenter le monstre de la grotte."

 

Ils ont pourtant apprécié de nombreux moments du livre, par exemple la partie de l'histoire qui se passe à Tampico au Mexique. La description est intéressante et convaincante, même si on redoute d'imaginer que les choses se passent réellement ainsi. D'ailleurs, même si seulement le dixième est vrai, ce serait déjà bien assez terrible. De même la partie centrale, qui relance l'intérêt après la première partie où on se lasse un peu à suivre le détective chercher, de témoin en témoin, la dernière copie. C'est là qu'apparaît l'intéressant personnage de Hoover, ses relations avec le narrateur et les affaires dont il a la charge.

 

Puisqu'il est question de cinéma muet, rappelons que l'Alsace a eu sa star en la personne de l'actrice Jeanne Helbling.


Le livre se situe pour partie au Mexique et pour partie aux Etats-Unis. Monsieur Ackermann est un collectionneur de films et d'objets appartenant au monde du cinéma, tels que des dinosaures, des bandes-son de films muets ou des extraterrestres. Il lui manque un seul film : Londres après minuit. Bien que tout le monde pense que le film est perdu, il confie à McKenzie, ancien homme de confiance de John Edgar Hoover (premier directeur du FBI), la mission de le retrouver. McKenzie part à la recherche d'une copie, bravant la malédiction qui semble frapper tous ceux qui tentent de s'approcher du film. Sa quête, qui finit par aboutir, est un foisonnement d'aventures extraordinaires.

A noter que le texte fait référence à des personnages et des faits qui ont existé : Forrest J. Ackermann, le film "Londres après minuit", …

 

Ce sont peut-être ces références, justement, qui manquent à nombre de lecteurs pour apprécier pleinement le livre. Il faudrait sans doute une grande culture dans le domaine du cinéma et probablement dans celui du polar pour percevoir toutes les allusions de l'auteur. On apprend d'ailleurs des choses sur l'histoire du cinéma, par exemple sur la perte de films muets, jetés ou autodétruits – on n'archivait pas – ou l'apparition, en filigrane, de rivalités entre Universal et MGM.

 

L'enchaînement des aventures parfois un peu délirantes de McKenzie n'a pas vraiment entraîné les lecteurs : "Ces histoires sont invraisemblables, c'est irréel ; toute l'histoire est un peu déprimante, absurde ; la fin est décevante ; ce n'est pas marrant, on s'attendait à plus d'humour ; malgré les petites phrases courtes, je n'arrive pas à me représenter le monstre de la grotte."

 

Ils ont pourtant apprécié de nombreux moments du livre, par exemple la partie de l'histoire qui se passe à Tampico au Mexique. La description est intéressante et convaincante, même si on redoute d'imaginer que les choses se passent réellement ainsi. D'ailleurs, même si seulement le dixième est vrai, ce serait déjà bien assez terrible. De même la partie centrale, qui relance l'intérêt après la première partie où on se lasse un peu à suivre le détective chercher, de témoin en témoin, la dernière copie. C'est là qu'apparaît l'intéressant personnage de Hoover, ses relations avec le narrateur et les affaires dont il a la charge.

 

Puisqu'il est question de cinéma muet, rappelons que l'Alsace a eu sa star en la personne de l'actrice Jeanne Helbling.

Bannière
Copyright © 2018 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire
plume
------------------------------
Lire à voix haute
le mardi 5 juin 2018

------------------------------
Mise à jour le 07/06/2018