Accueil Les livres commentés Détails - La fraîcheur de l'herbe

Les derniers livres commentés

Algèbre – Yan Pradeau – Allia
Le coq de Renato Caccioppoli – Jean-Noël Schifano – Gallimard
Deuils – Eduardo Halfon – Table ronde
     traduction David Fauquemberg
La fraîcheur de l'herbe – Alain Corbin – Fayard

lors de la réunion du 26 juin 2018

 

Les prochaines lectures

Je, d'un accident ou d'amour – Loïc Demey – Cheyne
Le lambeau – Philippe Lançon – Gallimard
En route vers Okhotsk – Eléonore Frey – Quidam
     traduction Camille Luscher
Une terrasse en Algérie – Jean-Louis Comolli – Verdier
 
pour la réunion du 4 septembre 2018


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La fraîcheur de l'herbe
Auteur:
Corbin (Alain)
Edition:
Fayard
Réunion du:
26.06.2018

Commentaire

lafraicheurdelherbe

Historien spécialiste du XIXe siècle en France, Alain Corbin, né en 1936, s'est particulièrement penché sur l'histoire des sensibilités. On peut citer Le miasme et la jonquille sur l'odorat, et La Pluie, le Soleil et le Vent, qui est une histoire de la sensibilité "au temps qu'il fait", une histoire de la perception des phénomènes météorologiques par les hommes.
 
Dans La fraîcheur de l'herbe, Alain Corbin recense la perception et les usages de l'herbe à travers la littérature, de l'antiquité à nos jours : l'herbe de l'enfance, l'herbe érotique, l'herbe des morts, l'herbe folle et l'herbe distinguée des gazons, l'herbe du sport, etc …
 
On peut être intrigué qu'il soit possible de faire tout un livre sur l'herbe, si banale, si évidente, si indestructible, en ce moment où il n'y en a que pour les arbres, et où l'herbe revient en force dans nos villes avec l'abandon des pesticides. On y perçoit bien l'importance qu'a cette chose si modeste, sans laquelle on ne pourrait pas vivre. C'est un livre où l'on peut piocher, qui au fil des citations réveille des sensations, et nous apprend bien des choses, par exemple la différence entre pré (fermé, avec un cours d'eau) et prairie (ouverte).
 
S'il n'est pas désagréable de s'arrêter dans l'herbe, le sujet est peut-être quand même trop vaste et trop intemporel pour soutenir l'attention. On n'a pas le sentiment que la perception de l'herbe a beaucoup évolué à travers les âges. "Je suis déçue par Alain Corbin qui a écrit un livre de paresseux, si on surlignait les citations, que resterait-il de lui ? ". On aurait pu s'attendre à une analyse, une enquête sur le rôle joué par l'herbe. Les citations sont en effet nombreuses et même si elles sont intéressantes, il y en a trop, et on se lasse un peu de ce catalogue.

Bannière
Copyright © 2018 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Prix des lecteurs :
Le fleuve sans rives
de Juan José Saer
------------------------------

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 26/07/2018