Accueil Les livres commentés Détails - Un privé à Babylone

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Un privé à Babylone
Auteur:
Brautigan (Richard)
Edition:
10-18
Réunion du:
28.06.2022

Commentaire

un-prive-a-babylone

Romancier, poète, novelliste, Richard Brautigan (1935-1984) est un auteur culte qui suscite encore une grande admiration chez de nombreux écrivains pour sa poésie et son art de l'expression, et qui n'a pas cessé d'inspirer cinéastes et écrivains.

 

" Un privé à Babylone" est l'histoire d'un détective privé de San Francisco, dans les années quarante. C'est le looser absolu, ses journées se passent dans une attente vaine, aussi s'évade-t-il dans sa vie rêvée à Babylone, où tout est beau et rien ne lui résiste, comme dans la chanson de Claude Nougaro "Un mètre quatre-vingt, des biceps plein les manches …". Mais voilà qu'un jour arrive une cliente pour notre détective, une femme mystérieuse et fatale comme il se doit, avec une étrange histoire de cadavre volé …

Tout le livre est un détournement des codes littéraires du polar et de ses figures archétypales, à côté de l'échappée dans un monde rêvé quand tout va mal dans la réalité.

 

Certains se sont régalés : "Ça m'a tellement marqué cette échappatoire, cette projection dans un monde imaginaire. – Je ne l'ai pas lu comme un polar, c'est écrit un peu comme une BD, on pense aussi aux frères Coen ou à Tarantino. N'est-ce pas lui qui a raison, j'ai trouvé ça beau son échappée à Babylone. – J'ai bien aimé l'écriture simple et les chapitres courts qui se succèdent avec légèreté. – J'ai bien ri et trouvé le personnage très attachant."

 

D'autres ont calé : "Je me suis ennuyée ferme, je n'ai pas trouvé ça très exigeant, ça ne m'a pas plu, on a l'impression de piétiner. – C'est prévisible : toujours les mêmes schémas, les mêmes objectifs ; je n'ai pas vu une quelconque évolution, ni l'ironie ou la dérision du rêve américain." (Mais l'objectif de Brautigan n'est pas la critique sociale).

 

Entre les deux, nombre de lecteurs, sans faire état d'un enthousiasme inconditionnel, ont pris un réel plaisir à la lecture du roman : " Ça se lit facilement, c'est agréable, grâce aux côtés toujours un peu décalés, aux situations, au langage, mais cela reste un peu dans les stéréotypes et n'évolue pas beaucoup, notamment les personnages. – " Ça nous a moins passionné que les précédents livres de Brautigan, c'est un peu forcé. – C'est une lecture facile, agréable, drôle, un peu irritante quelquefois ; au-delà de la parodie du polar, il présente des scènes un peu trop forcées (le groupe d'hommes noirs avec rasoirs, les cadavres dans le frigo, ...) mais le modèle parfait du looser américain est sympathique avec ses jardins suspendus. Le livre est quand même celui d'une époque, peut-on dire qu'il a vieilli ? –C'est farfelu, on suit l’histoire, ou plutôt les histoires : la double vie de Card entre San Francisco en 1942 et Babylone dans une antiquité qui doit beaucoup aux fims bibliques de Cecil B. De Mille.) À la fin on est un peu déçu, on espérait mieux."

 

Si l'on ne veut pas en rester là, on lira, sur les recommandations de quelques-uns, "La pêche à la truite en Amérique" ou encore "Mémoires sauvés du vent".

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022