Accueil Les livres commentés Détails - L'internat

Les derniers livres commentés

La nuit des béguines – Aline Kiner – Liana Levi
Trust – Hernan Diaz – L'Olivier – traduction Nicolas Richard
Croire aux fauves – Nastassja Martin – Verticales


lors de la rencontre du 7 mai 2024
 

Les prochaines lectures

Le nouveau – Keigo Higashino – Actes sud
     traduction Sophie Rèfle
Secret de Polichinelle – Yonatan Sagiv – L'antilope
     traduction Jean-Luc Allouche
Le chant des innocents – Piergiorgio Pulixi – Gallmeister
     traduction Anatole Pons

pour le club de lecture du 25 juin 2024



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
L'internat
Auteur:
Jadan (Serhiy)
Edition:
Noir sur Blanc
Réunion du:
27.06.2023

Commentaire

l-internat

Serhiy Jadan est né en 1974 dans la région de Louhansk, dans l’est de l’Ukraine. Il est l’un des écrivains les plus populaires de son pays. Chanteur de rock, il organise depuis 1991 des festivals de musique, de littérature et de réflexion politique. Ses romans ont obtenu plusieurs prix littéraires en 2014 et 2022.

 

Dans le Donbass en guerre, en janvier 2015, un jeune professeur décide d'aller chercher son neveu de 13 ans dans l'internat où il étudie, à l'autre bout de la ville. L'homme met une journée entière à traverser la ville, devenue zone de guerre, et à atteindre l'établissement. Le retour à la maison est une véritable épreuve. Toute cette traversée est apocalyptique dans le brouillard, les personnes rencontrées survivent, souvent regroupées mais méfiantes, il y a des milices et des chiens partout. La ligne de front est de plus en plus près de la maison de famille.

 

L'un ou l'autre lecteur a achoppé à la lecture :

 

-       "C'est intéressant mais d'une lecture – pour moi – assez difficile, j'ai eu du mal à comprendre. Les choses sont assez confuses et rendent probablement la confusion liée à l'état de guerre, qui déforme tout : les lieux, les personnes, les repères. On ne sait plus à qui et à quoi on peut faire confiance. Mais j'ai eu du mal à me représenter les personnages, les lieux, les situations, et j'ai eu le sentiment de ne pas comprendre les dialogues."

-       "J'ai lu 20 pages, mais il y a eu un blocage tant sur le fond que sur la forme. J'ai renoncé."

Mais la plupart d'entre eux ont vivement apprécié, malgré quelques difficultés pour aborder le récit :

-       "J’ai beaucoup aimé ce livre, alors que jusqu’à présent je ne voulais lire aucun livre sur cette nouvelle guerre, car je n’aime pas le genre. Mais ce livre m’a vraiment fait comprendre l’ambiguïté du vécu des deux partis dans ce conflit spécifique et actuel, et surtout j’ai apprécié la force de l’écriture qui montre comment en particulier un lieu familier se transforme en territoire étranger et ce très rapidement."

-       "L'internat, je le trouve formidable : c'est moins l'écriture que la densité de l'aventure, une attention portée aux détails, tellement signifiants lorsque la guerre a tout détruit. Et puis ce personnage, téméraire en même temps que fataliste, prenant des risques et des responsabilités, juste pour aboutir dans son projet ; les personnages secondaires sont entre suspicion, croyance et dérision. Une fable en écho à l'actualité. Un peu comme Kourkov, le point de vue est ironique, jamais méchant, l'auteur met en scène des personnages hauts en couleur et attachants."

-       "Il y a quelque chose de très répétitif, quelque chose qui passe et repasse … J'ai été intriguée : on ne sait pas qui est qui, on ne sait pas quelle langue parlent les uns et les autres, on ne sait pas qui sont les gens à la gare. Mais j'aime bien ces littératures d'auteurs qui sont face à la destruction du monde. Les situations ramènent à des choses élémentaires : le désir de sauver le neveu, la découverte de soi et de sa propre lâcheté. Le personnage du gamin est intéressant, ainsi que la rencontre entre oncle et neveu. Le témoignage est fort, l'auteur doit parler d'expérience."

-       "Je trouve aussi que c'est confus, les personnages et ce qui les lie. Mais on est quand même accroché à l'histoire. La confusion est là pour montrer que c'est la guerre qui est confuse, on ne sait plus rien, les gens ne sont pas clairs dans leurs propos. On voit aussi comment la guerre fait sortir de soi, et dévoile de soi-même des facettes qu'on ne connaissait pas. Enfin c'est malheureusement d'actualité, et moins lénifiant que les informations. On découvre les effets de la guerre, c'est bien que des gens écrivent sur ça."

-       "Ce serait intéressant de transposer le livre au cinéma, avec le brouillard, les ponts détruits, … J'ai eu du mal au début, puis j'ai trouvé ça intéressant. Tous les personnages sont hauts en couleur. Que sont devenus la directrice et les enfants de l'internat ? Le narrateur ne sait pas ce qui se passe, il déclare ne pas regarder la télé et s'informer. C'est assez difficile à lire mais intéressant. On peut noter une similitude avec Ponthus, c'est la description des choses de l'intérieur plutôt que par reportage. C'est vécu de l'intérieur. Le narrateur exprime lui-même des choses contradictoires."

Bannière
Copyright © 2024 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire ...et aussi écrire
        plume
----------------------------- 

Mise à jour le 25/05/2024